. .

NOTRE TOUR DU MONDE...

 
 
Cliquez sur la rubrique de votre choix dans la colonne de droite
 
 
Ou
 
 
Revenez a l'accueil
 
 
 
 


Publié à 11:10, le 7/04/2017, France
Mots clefs :
.. Lien


30 Juillet 2010 - Afrique du Sud - La vie a l’Afrikaner


Apres une nuit merveilleuse avachis quelque part dans l’aéroport de Johannesburg, nous récupérons les clés de notre Kia de location. Nous sommes a peu près d’attaque pour affronter la route jusqu’à Sun City, un temple du mauvais gout avec des machines a sous glauques et un palace ridicule ou fioritures kitch et luxe clinquant bétonné rivalisent d‘audace… C’est un peu dépité qu’on enchaine le lendemain avec le parc Pilanesberg (une réserve d‘animaux), tenaillés par la peur d’être tombés dans le traquenard d’une Nouvelle-Zélande bis. He bien pas du tout…
 
 
 
On vous passe notre émerveillement face aux zèbres, éléphants, lions et multitude d’antilopes gambadant en liberté. Ca n’a évidemment pas de prix. Car la suite est encore plus sympa. En écumant les hôtels sur la route, nous faisons la rencontre de Grobs qui nous propose de dormir dans son Lodge. Non seulement, nous ne finissons pas découpés en morceaux quelque part dans le “bush“ africain, mais Grobs nous fait une super ristourne. Et pour couronner le tout, il nous invite a rester avec sa bande. Barbecues, dégustation de pap (leur polenta nationale), beaucoup trop de tequilas et de bières, salami de phacochère, balade en quad et 4x4 au programme. Sans parler de la ferme de Hannes et Isabelle, leur girafe, leurs zèbres et leurs gnous. Nous bénissons tout simplement tous les hasards qui nous mis sur la route de ces Afrikaners incroyablement adorables…


Publié à 10:57, le 11/08/2010, dans 23. Afrique du Sud, Johannesburg
Mots clefs :
.. Lien


10 Juillet 2010 - Madagascar - Direction baobabs

 

Quatre semaines qui s’annoncent a Madagascar. Une ile aussi que grande que la France, la Belgique et le Luxembourg réunis, bordée par des routes calamiteuses.

On décide de s’attaquer a l’Est du pays dans une trajectoire sans surprise : la descente de la Tsiribihina en pirogue a rame, un tour dans les Tsingys de Bemaraha (ce sont des sortes de montagnes grises et dentelées, résultant de formations calcaires d‘origine corallienne) et l‘allée des Baobabs.

C’est du tout organisé sur place, du tout cuit, alors on se laisse prendre au plaisir de la nonchalante observation des lémuriens, caméléons, petits crocodiles et oiseaux qu’on dérange sur le cours du fleuve, on agite la main devant les hordes d‘enfants qui nous crient “Bonjour Vazaha“ en déboulant de nulle part, on enchaine les heures a bord d’une jeep défoncée sur des routes cataclysmiques, on lit et on papote avec nos compagnons de route.

On laisse donc couler ces quelques jours, ce qui tombe a point nommé. Nos petits organismes un peu trop habitués a la chaleur estivale n’ont pas supporté le choc thermique de l’hiver austral malgache. Seize degrés dans la chambre d’hôtel, ca achève son voyageur du dimanche.

Semaine super agréable malgré tout, rythmée par la valse des moyens de locomotion (charrette a Zébus, jeep, pirogue, bac) et les repas grandioses concoctes par notre super guide… qui sait plumer une poule, éplucher des légumes et attiser le feu sous une casserole… tout ca, dans une pirogue bien sur…



Publié à 09:44, le 28/07/2010, dans 22. Madagascar, Belo Tsiribihina
Mots clefs :
.. Lien


30 Juin 2010 - Mayotte - La dolce vita a la mahoraise


Rien de tel qu’un retour en famille, juste avant le GRAND retour. A Mayotte land, la France est dans les uniformes des gendarmes, les camions de pompier et le murmure des conversations alentour. Ca vous parait routinier, mais pas nous… La french touch s’arrête pourtant la. Car Mayotte nage surtout dans le continent africain, ce qui dépayse forcement après trois mois et demi du cote de l’Asie. C’est une des quatre iles de l’archipel des Comores. Les mahorais sont en grande majorité musulmans, les filles portent des voiles colorés , les marseillais de retour “au bled” roulent des mécaniques en se pavanant dans les rues et de grands sourires (ou pas) illuminent les peaux sombres aux traits fins. Mayotte, c’est aussi la porte d’entrée des immigrants clandestins et dans certains quartiers, les bidonvilles s’entassent sur fond de cocotiers et de ciel bleu.
 
 
 
Alors que vous profitez enfin de la douceur de vivre estivale, nous plongeons dans l’hiver austral. Rien de grave pourtant car les températures sont -plus que- décentes (25-30 degrés). Parfait pour se bouger un peu… C’est parti pour les sorties en mer ou a la plage (Moya), les balades (au Mont Chungui notamment avec vue panoramique de l’ile ceinte par la barrière corallienne) ce qui nous a  permis de croiser des tortues, des makis (nom malgache des lémuriens) et des baobabs - une grande première pour moi.
Une activité intense que nous n‘avons en rien initiée. Les Sabs ont impulse un mouvement dynamique qui nous a permis d’émerger de la léthargie moelleuse dans laquelle nous nous complaisions. Les seules initiatives émanant de nous se résumant a manger du foie gras, du fromage, des salades de tomates et jouer au jungle speed ou au Uno… Mais c’est très agréable de se faire assister parfois… Et l’idée de revenir a notre routine commence a faire son chemin.


Publié à 09:27, le 22/07/2010, dans 21. Mayotte, Dzaoudzi
Mots clefs :
.. Lien


Dans le train Bagan - Mandalay...

Quizz du jour : deviner quel peut être le métier de cet homme, sachant qu'il utilise une bougie. On l’a rencontre a bord d'un train, ce qui était plus qu’inattendu…

 

 



Publié à 06:06, le 22/06/2010, dans Charlie... , Mandalay
Mots clefs :
.. Lien


25 Mai 2010 - Myanmar - ''Access denied''

 

Petit message informatif pour nos proches : l'acces a nos boites mail etant censure en Birmanie, on restera coupe du monde pendant les 4 prochaines semaines, mis a part via ce blog...

Par contre, on parvient a lire le debut des titres des mails. Donc pour tout message urgent : ecrivez en mode telegramme  (donc ultra condense) dans le titre du mail. Inutile de preciser qu'on sera dans l'impossibilite d'y repondre...

C'est sympa de parvenir a isoler un pays...

A bientot !!

Caro et Seb



Publié à 18:04, le 25/05/2010, dans 20. Myanmar (ex Birmanie), Rangoon
Mots clefs :
.. Lien


2 Mai 2010 - Indonésie (Sulawesi) - Indo chérie, nous sommes de retour !!!!!


Ce détour en Malaisie n’était qu’un prétexte pour retourner en Indonésie (le visa ne nous permettant de rester que 30 jours, on repasse la frontière pour obtenir un nouveau visa). Nous quittons Singapour le clinquant pour nous échouer quelques heures plus tard dans l’aéroport misérable de Jakarta, un échantillon vivace de ce qui peut se faire de pire dans un pays. Le meilleur nous attend a Manado, quelques milliers de kilomètres plus a l’Est, dans l’archipel du Sulawesi, auparavant dénommé Célèbes. La ville n’a rien de bien grandiose (au contraire même), mais nous retrouvons les sourires éclatants,  les minibus a néons bleus qui vibrent a renfort de rythmes techno, les regards curieux, les Hello Mister (je suis la femme invisible quant a moi lorsqu’on se balade tous les deux)… Bref, tout ce pour quoi nous sommes de retour.
 
 
Plus au nord, nous goutons aux fonds marins incroyables de l’ile de Bunaken. Ca grouille, ca flotte et ca ondule de partout… que ce soit de poissons multicolores, d’étoiles de mer, de vers (ils ressemblent a des sapins de noël multicolores donc tout va bien), de coquillages, de serpents et j’en passe. Je sais… On renchérit a chaque fois en prétendant que c’est encore plus grandiose que les fois d’avant, mais cette fois-ci c’est vrai….


Publié à 04:04, le 15/05/2010, dans 19. Indonesie Sulawesi, Manado
Mots clefs :
.. Lien


On est ici

 

 

 

 



Publié à 09:43, le 7/05/2010, dans On est ici, Malaisie
Mots clefs : Sebles ptits pieds an vadrouillelesptitspiedsanvadrouilleles petits pieds en vadrouilletour du mondecarocarteblogvoyage
.. Lien


21 Avril 2010 - Singapour - Festival culinaire !

 

Singapour est une ancienne colonie anglaise (les anglais voulant contrer la présence commerciale hollandaise des environs), rattachée a la Malaisie en 1963... Et rendue indépendante deux ans plus tard. La communauté chinoise importante et les émeutes raciales ayant précipité les événements…

Dans les rues, ca donne des malais, des indiens, des blancs et beaucoup beaucoup de chinois. La vie n’est pas chère, manger revient a deux euros (en se faisant bien bien bien plaisir), difficile donc de résister a toutes les échoppes et aux Hawkers (toutes les saveur d’Asie sont concentrées dans des sortes d‘immeubles, afin de satisfaire au mieux aux règles d‘hygiène Singapouriennes). Pour nous, une seule pensée monomaniaque durant la journée : ou va-t-on manger, et surtout quand… C’est simple : un peu partout et toute la journée en fait. On regrette même de ne pas pouvoir se greffer un estomac de plus pour en profiter davantage….On dévore un peu tout dans le quartier chinois, indien, sur le front de mer… Que ce soit des brochettes de crevettes, des barbecues coréens, des cheese nans, du poulet byriani, des soupes de nouilles, des feuilletés de toutes sortes, des glaces au yahourt, des gaufres… Voila, c’est grandiose… Nous qui aurions tué pour un petit morceau de morbier ou une fourchetée de tartiflette il y a encore 5 jours…

 

 

Singapour, c’est un ravissement pour les papilles, mais aussi pour tout le reste. La ville est super agréable, elle regorge de musées intéressants, les transports en commun sont super pratiques, l’architecture est moderne et tous les lieux de culte sont splendides. Bon…C’est vrai que tout est un peu trop propret, et que quelques panneaux d’interdiction jalonnent les rues. Le montant des amendes est impressionnant, notamment dans notre hôtel : si on est surpris en train de boire au goulot de la bouteille commune, 100 dollars d‘amende!!!

Mais après la Nouvelle-Zélande et sa psychorigidité sans égale, rien ne nous fait plus peur…



Publié à 05:32, le 27/04/2010, dans 18. Singapour, Singapour
Mots clefs :
.. Lien


10 avril 2010 - Malaisie - A chaque jour suffit sa peine


On arrive dans la capitale Malaisienne avec des objectifs bien définis. Ceux ou celles qui connaissent l’amour inconditionnel de Seb pour les listes en tout genre savent qu’on n’a pas le choix de faire autrement quand il en a une en tête…
Sur la liste donc :
- obtenir notre visa pour la Birmanie,
- trouver un magasin vendant des masques et des tubas,
- envoyer deux colis en France (un chez Thibaut & Pacome family, l’autre chez les Ouatoul père et mere)
 

 
Quatre jours plus tard, c’est tout bon… Notre productivité n’est pas glorieuse mais on a pris le temps de jeter un coup d’œil du haut des magnifiques Petronas Towers érigées a coups de petrodollars, on s’est empiffré non stop en savourant quatre ou cinq repas quotidiens a China Town, Little India ou dans un des nombreux Mall climatisés de la ville. Et surtout, on a pris du temps pour paresser en ville, lire, imaginer la suite du périple, regarder la diversité des gens et des édifices dans les rues (chinois, malais, indiens, arabes, touristes… dont nous…Temples hindous, mosquées, buildings étincelants, vieilles façades coloniales portugaises)...
La suite du voyage est prévue des demain si tout va bien…


Publié à 04:03, le 18/04/2010, dans 17. Malaisie, Kuala Lumpur
Mots clefs : petronas towersmalaisiekuala lumpur
.. Lien


19 Mars 2010 - Indonésie - Bali pour les nuls


Il fut un temps pas si lointain ou j’aurais volontiers placé Bali sous d‘autres cieux. Honte sur moi, il est temps de remédier a toutes ces années de végétation ou je croyais que le soleil tournait autour de la France.
Bref, Bali en trois mots pour ceux qui voudraient réviser un peu leur géographie. Pour les autres, le paragraphe suivant est a sauter.
Bali est une toute petite ile de l’archipel indonésien (qui baigne lui-même dans l’océan Indien) dont la principale ville est Denpasar. Sa particularité, outre le fait d’être bordé de jolies plages de sable noir, piqueté de volcans et de lacs, c’est qu’elle est a majorité hindouiste, petite enclave dans le plus gros pays musulman du monde. Ici donc, peu de femmes voilées et les hommes sont ceinturés dans leur sarong (en jupe longue donc). Sinon, ce sont des enfilades de temples, des odeurs d’encens et des offrandes qu’on menace d’écraser si l’on ne regarde pas son chemin sur les trottoirs.

 

 

Dans les faits, l’ile regorge de très jolis paysages, de rizières en plateaux saupoudrées de cocotiers, de temples somptueux, mais surtout de touristes. Que ce soit a Kuta, Ubud, Nusa Lembongan, du cote du volcan Batur ou de l’épave du Liberty a Tulamben, des hordes d’européens, d’australiens ou de japonais en tongs viennent prendre du bon temps. Les prix des hôtels ont doublé en deux ans (mais les nuits restent abordables, environ 12 euros la double), les balinaises massent a la chaine dans des salons SPA et les balinais “hommes” flemmardent a l’ombre en mitraillant des “taxi my friend ?” a tout Blanc integrant de près ou de loin leur champ de vision.
Dans les faits pour nous. On est littéralement harcelés par les loueurs de motos, les organisateurs d’excursion, les vendeurs de sarong ou de tickets de spectacle. Ce n’est qu’a bord de notre scooter que nous expérimenterons des rapports “sains” avec les balinais. Au moindre achat, c’est systématiquement la tentative d’entourloupe de la part du vendeur (il dira un prix, mais il en fera payer un autre ; dans les musées, il ne donnera pas de ticket histoire de tout se mettre dans la poche ; il fera des erreurs de calcul, même avec une calculette …). Bref, chacun se sert allégrement et même la police qui nous dressera un semblant de procès verbal histoire de nous extorquer 4 fois le salaire moyen journalier d’un ouvrier.
On n’est pas Français -et donc râleurs- pour rien, Seb refusera de payer, malgré trois policiers qui se succèdent,  et la menace d’une majoration de l’amende…
Pendant que je me liquéfierai sur place, l’incorruptible héros tiendra tête aux forces de l’ordre 20 minutes en prétextant ne pas parler anglais et en monologuant en  français. Le pire, c’est que ca marchera…



Publié à 09:35, le 1/04/2010, dans 16. Indonesie Bali et Java, Denpasar
Mots clefs : denpasarubudkutanusa lenbonganbaliindonésiespa
.. Lien


12 Mars 2010 - Japon - Arrivee en terre inconnue

 
Le Japon, on s’en faisait l’image d’un pays avec des temples, des jardins zen, des hommes d’affaire en costard cravate psychorigides côtoyant des gamines hystériques déguisées en Sailor moon. C’est exactement ca. Mais en tellement mieux..
A Tokyo, c‘est une explosion de tours en pagaille, des enseignes lumineuses qui saturent la vue, une marée humaine qui s’écoule en douceur au Shibuya crossing, une armée d’habitants polis, respectueux et discrets qui trottinent en apesanteur dans des rues bondées, des femmes splendides en kimono ou en jupe courte (très sexy), des ados déguisés en personnages de manga, des faux plats en plastique dans les devantures des restos pour afficher le menu, des temples du jeu avec des machines a sous musicales et sonores (nous y avons laisse quelques milliers de yens)…
 

 
Pour se repérer dans cette jungle urbaine, notre guide d’une soirée, Minami, qui nous a enseigne l’art du Oko nomi yaki (une omelette garnie cuite sur plaque) et des photomatons musicaux. C’est une véritable institution auprès des nénettes japonaises, on peut personnaliser ses cliches en rajoutant - entre autres - des cœurs et des chapeaux. Une option permet même d’agrandir les yeux, résultat, quand on n’a pas les yeux bridés, c’est tout simplement hideux…


Publié à 06:20, le 19/03/2010, dans 15. Japon, Tokyo
Mots clefs : shibuya crossingtokyojapon
.. Lien


9 Mars 2010 - Hong Kong - Dense, dense et dense !


Une nuit en dortoir de douze nous met a l’heure chinoise malgré nous. Coucher très tard (obligé, tes copains de dortoirs parlent fort) et lever très tôt (obligé, tes copains de dortoirs déplient leur sac plastique a 6 heures du mat tandis que la circulation des voitures et les haut-parleurs qui vocifèrent, 16 étages plus bas, tournent déjà a plein régime).
Bienvenue dans une des deux Régions administratives spéciales de la République Populaire de Chine. Son statut en fait un des grands temples de la consommation et de l’économie ultralibérale.
 

 
Mais pour le touriste lambda que nous sommes, Hong-Kong n’a pas grand-chose de plus a offrir que sa modernité, sa cuisine hétéroclite et ses boutiques a gogo. On la parcourt donc comme bien d’autres grandes villes… On se perd dans ses avenues assommées de bruit et de lumières, on lève la tête en direction de ses cages a poules vétustes, vérolées par les caissons de clim’ et dominées par des buildings clinquants et futuristes, on goute des brochettes de poisson recomposé a l’échoppe du coin, on va voir l‘attraction des environs (le parc Disney pour Monsieur et le Giant Buddha pour Madame)… Et surtout, on se demande comment ses sept millions d’habitants peuvent tenir dans les rues, le quartier Kowloon a notamment la densité la plus forte au monde : 200000 habitants au km2... Une fois jetés dans la fosse aux lions, on comprend qu’en réalité, on est deux de trop puisque face a une armée de chinois, on ne peut trouver sa place sur le trottoir qu’en se battant et en jouant des coudes…


Publié à 15:34, le 13/03/2010, dans 14. Hong Kong et Macao, Hong Kong
Mots clefs : KowloonDisneylandHong KongChinebuddha
.. Lien


Ou est Charlie, a Macao ?

 

Pour les plus temeraires (bon courage...)

 

 

Et en version plus accessible... (Charlie n'a pas bouge !)

 

 

Bon courage !!!



Publié à 02:08, le 12/03/2010, dans Charlie... , Macao
Mots clefs : macaoOu est charlie
.. Lien


3 Mars 2010 - Australie - Ca y est, on veut plus rentrer…


 A Sydney, la fièvre voyageuse nous envahit de nouveau. Cette sensation qui brule le ventre pour dévorer la nouveauté… Surtout que nous arrivons le soir le plus “busy” de l’année, c’est “mardi gras“, une love parade hystérique ou les participants déguisés n’ont pas froid aux yeux. Mais pour nous, pas de porte-jarretelles ou de déguisements de soubrette… Avec nos 15 kilos sur le dos, il s’agit d’improviser puisque tous les hôtels du coin sont pleins. Nous nous résignons a dormir sur la plage en nous disant que ca fait partie du jeu… C‘est sans compter la rencontre miraculeuse d‘avec des copains de copains de copains qui nous offriront l’hospitalité (encore merci).
S’en suivent deux journées pendant lesquelles nous battons le pavé de la plus grosse ville australienne.
 

 
C’est hystérique, palpitant, énergique, magnifique, lumineux, moderne… Tout… la baie envoutante, l’architecture démente, l’Opéra, le Harbour Bridge, l’Aquarium, Tom Jones qui se balade sur les quais (sans photo a l‘appui, mais il a des yeux de folie…), les musées, les parcs… Et les gens…
Juste pour replacer l’histoire de la ville, suite a la déclaration d’indépendance des Etats Unis, la Grande Bretagne a recherché des nouvelles terres pour ses déportés, c’est-à-dire, son ramassis d’inadaptés (voleurs, prostituées, truands, soldats…). Et Sydney Cove installe sa première colonie dans la baie que l’on connait aujourd’hui (1788). Bref, il y a eu du brassage depuis lors, mais en tout cas, ces descendants de déportés sont en tout cas plutôt bien réussis. Souriants, minces, blancs, blonds, chics et chocs…
Pas de métissage en vue ici, les aborigènes jouent du didjeridou sur les quais ou font la manche.

Sydney, c’est aussi, et surtout, l’occasion de notre première expérience coachsurfing. Alors le principe, c’est d’aller sur un site (www.couchsurfing.com) ou des gens volontaires te proposent le gite gratuitement pour te faire découvrir leur ville.
On dort donc deux nuits chez Daniel et Melody, un couple adorable qui mettra a mal notre anglais ramolli par 5 mois d’espagnol. La photo des oiseaux colorés, c’est sur leur fenêtre de cuisine… Un peu comme des pigeons en plus beau, plus australien quoi…


Publié à 09:02, le 6/03/2010, dans 13. Australie, Sydney
Mots clefs : Australiesydneycouchsurfingopera housetom jonesharbour bridgemardi gras
.. Lien


29 Janvier 2010 - Nouvelle-Zélande - A 18550 km...


Notre vol LAN nous “arrache” littéralement du continent Américain que nous foulons depuis plus de 5 mois et demi. Le 27 Janvier 2010 restera a jamais une entité abstraite dans notre emploi du temps - la ligne de changement de date se situant quelque part dans l’Océan Pacifique, nous avons fait un saut dans le temps.
Pas de soucis avec le décalage horaire pourtant car nos corps sans routine sont habitués a dormir n’importe ou et a tout moment (qualité que nous nous sommes forgée dans les campings argentins).
Arrivée a Auckland, ville la plus peuplée de Nouvelle-Zélande - mais pas la capitale, soit dit en passant.
 

 
Plein de choses a faire et a voir : un musée passionnant, un port luxueux, des magasins débordants de leggings taille 46 et une myriade d’iles volcaniques a l’horizon .
Et c’est toute la planète qui grouille dans la rue. Des sikhs, des femmes voilées, des asiatiques qui ont implante des sushis bars a tous les coins de rue, des maoris, des rousses, des noirs, des blancs a peau laiteuse fideles a leurs origines anglo-saxonnes… et nous qui ne ressemblons plus a grand-chose avec nos vêtements délavés.

Une petite question au passage… Est-ce qu’en France c’est aussi la mode du n’importe quoi, genre débardeurs amples et vulgaires superposes, leggins motifs “jungle” (histoire que j’en fasse une provision et que je vous apparaisse au top de la fashion attitude le jour ou je remets les pieds en France) ?


Publié à 04:43, le 7/02/2010, dans 12. Nouvelle Zelande, Auckland
Mots clefs : Nouvelle-Zélandeauckland
.. Lien


26 janvier 2010 - Ile de Pâques (Chili) - Grandiose…


Et on enchaine avec un petit aller retour de 7000 kilomètres pour aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Dans le cas présent, ce sera l’Ile de Pâques. Notre bilan carbone n’est plus a la tonne près.
Arrivée a Hanga Rao (seule ville a part entière sur ce petit bout de roche volcanique) dans la moiteur et l’obscurité d’une nuit sans lune. On plante notre tente face a l’océan qui gronde sous le regard courroucé d’un (faux) Moai.
Et c’est le préambule de quatre journées incroyables et magiques. Et un gros coup de cœur pour ce petit bout de bout du monde. Voila, l’ile de Pâques, minuscule et perdue au fin fond du Pacifique, c’est une diversité de couleurs et de paysage incroyable, une culture attachante aux accents polynésiens et une histoire richissime (allez faire un tour sur Wikipedia, mais en gros, sa population a été réduite a l’esclavage, parquée et exploitée pour faire court).
Un petit trésor qu’on parcourra a la force de nos petits mollets, mais surtout, le pouce levé, a la faveur du bon vouloir des automobilistes de passage. Que ce soit ballottés a l’arrière d’un pickup ou sur un petit coin de banquette partagé avec une famille chilienne, nous n’aurons de cesse de bénir notre voleur de permis de conduire.
 

 
L’ile de Pâques, c’est des vallées douces et verdoyantes tachées par les ombres mouvantes des nuages, des plaines arides balayées par les vents, une cote volcanique déchiquetée que fouettent les rouleaux moutonnants du Pacifique, une atmosphère incroyable faite de silence et de mystère ou le temps stagne. Et l’armée de Moais qui peuple l’ile semble attendre. Que ce soit dos contre mer, le visage enfoui dans la terre ou les yeux fixant le ciel changeant, le corps brisé et disséminé sur le sol rocailleux ou bien soudes a la paroi du volcan dont ils ne seront jamais extraits, il émane quelque chose de poignant et “tragique” de ce tableau.
Ce qui est encore un peu plus tragique, c’est que nous allons manquer la grande fête annuelle de l’ile a quelques jours près…
Nous assistons tout de même aux répétitions du spectacle, maigre consolation il est vrai.
Et un seul constat s’impose…
N’ondule pas comme une vahiné qui le veut bien. Ici, les bébés ont une fleur de Tiare greffée au-dessus de l’oreille a la naissance, et comble de l’injustice possèdent un déhanché chaloupe avant même de savoir marcher…
 
 
 
 
Quelques infos pratiques pour aller a l’ile de Pâques sans trop se ruiner :

- acheter le billet d’avion Santiago - Isla de Pascua sur le site internet de la LAN, en choisissant comme pays (en haut a droite) le Chili, c’est le seul moyen d’accéder aux tarifs les plus bas.
- amener le maximum de nourriture du continent, les prix étant multiplies par 2 ou 3 sur l’ile.
- un seul camping sur l’ile, le Mihinoa - chez les sympathiques Roger et Martha (qui parlent le Français) - les tarifs sont similaires a ceux du reste du Chili, avec cuisine toute équipée et couverts a disposition. Sans parler de la vue et de la situation : en front de mer avec des couchers de soleil fabuleux… Ils proposent également des chambres et des locations de tente. Ils sont présents a l’aéroport a l’arrivée du vol (transfert gratuit a l’arrivée et au départ).
- Possibilité de louer une voiture, un scooter (il faut un permis moto…), mais le stop est très très facile, on a “accompagné” une douzaine de voitures en 2 jours…
- Certains restent sur l’ile un seul jour, nous y sommes restes 6 jours, mais aurions pu y passer 3 semaines sans problème…


Publié à 23:39, le 5/02/2010, dans 11. Ile de Paques, Île de Pâques
Mots clefs : hanga raoIle de pâquesmoai
.. Lien


Qui est-ce ?

 
 
Nous avons rencontre Angel devant son pick-up sur la place centrale da Cachi, petit village du nord argentin.
Saurez-vous deviner sa profession ?...

Publié à 03:34, le 21/01/2010, dans Charlie... , Cachí
Mots clefs :
.. Lien


Photo mystere

En Argentine, on peut apercevoir certaines voitures qui ont un bidon sur le toit.
Pourquoi ??? 
 


Publié à 14:30, le 4/01/2010, dans Charlie... , Mar del Plata
Mots clefs :
.. Lien


21 Novembre 2009 - Argentina !!!

 
Arrivée a Buenos Aires, capitale du 8ieme pays le plus vaste au monde (l‘Argentine fait 5 fois la France, des heures de bus se profilent a l‘infini…). Buenos Aires ressemble a toutes les grosses villes occidentales avec son bruit permanent, sa pollution, ses boutiques débordantes de fringues qui font rêver, son flux de passant qui grouille de vie et ses immenses artères embouteillées.
Une ville immense regorgeant de petits quartiers bien distincts dans lesquels on peut retrouver des petites touches de Paris ou Londres au gré de ses pérégrinations. Au programme, incursion dans le quartier de San Telmo débordant de brocantes et de bric a brac, balade dans les canaux verdoyants de Tigre et les ruelles colorées du Caminito, un Montmartre aux accents de tango. Et non loin de la, le stade de la Boca, la Bombonera, immense chaudron jaune qui domine les immeubles tristounets alentours et voit le pays prier pour ses dieux du foot sur fond de rythmes déchainés. Mais pour nous, le spectacle se limitera aux vives échanges entre supporters aux abords du stade, le match se jouant a guichets fermes…
 
 
Enfin, sur les quais proprets réhabilités de Puerto Madero, la mer huileuse et puante nous rappelle que Buenos Aires est aussi une ville portuaire. Un petit tour en bateau pour traverser le rio de la Plata et quelques tampons sur nos passeports bien rodés nous permettront même de fouler le sol uruguayen a Colonia., jolie ville coloniale reposante. Le dépaysement n‘est pas au rendez-vous d’autant plus que tout se règle en peso argentin là-bas aussi.
Voila, une petite semaine bien agréable. Buenos Aires et ses alentours, c’est un puzzle géant qui  nous permet de nous imprégner de l’ambiance légère et festive de notre nouveaux pays d’adoption pour le mois qui vient. Buenos Aires, fascinante et bouillonnante mais qui ne serait pas ce qu'elle est sans ses habitant, les portenos, qui sont, cerise sur le gâteau, visuellement très intéressants et de surcroit adorables.


Publié à 03:15, le 5/12/2009, dans 10. Argentine et Chili, Buenos Aires
Mots clefs : bomboneraPuerto MaderoBoca JuniorsBuenos Aires
.. Lien


{ Page précédente } { Page 1 sur 6 } { Page suivante }

C’est nous !!


Accueil

Revenir à la page d'accueil

Rubriques

1. New York
2. Mexique
3. Belize
4. Guatemala
5. El Salvador
6. Nicaragua
7. Costa Rica
8. Gwada
9. Miami
10. Argentine et Chili
11. Ile de Paques
12. Nouvelle Zelande
13. Australie
14. Hong Kong et Macao
15. Japon
16. Indonesie Bali et Java
17. Malaisie
18. Singapour
19. Indonesie Sulawesi
20. Myanmar (ex Birmanie)
21. Mayotte
22. Madagascar
23. Afrique du Sud
Album photos
Avant le depart
Charlie...
Le ptit tour
On est ici


Newsletter

Saisissez votre adresse email
pour être informé des nouveaux articles


Pour nous contacter : lesptitspieds@yahoo.com


Visiteurs uniques


Sites favoris

Album Photos Picasa
Convertisseur monnaies